Aucune correspondance d'année
  • Les prestations de transport (en TKM) sur les voies navigables intérieures de l’UE ont diminué de 8,1 % au cours des trois premiers trimestres de 2020, par rapport à la même période en 2019. Dans les deux principaux pays concernés par la navigation intérieure, la baisse a atteint 11,9 % (Allemagne) et 6,8 % (Pays-Bas). Dans les pays du Danube, les prestations de transport ont baissé de 9 %. Dans l’ensemble, ces taux d’évolution ont été moins négatifs que ce qui avait été envisagé au début de l’année 2020, lorsque la pandémie a éclaté.
  • Une diminution de 11 % est observée pour le Rhin. La différenciation de la demande de transport par type de marchandises révèle ce qui suit : au cours des trois premiers trimestres de 2020, le transport de cargaisons sèches sur le Rhin a diminué de 13 %, le transport de cargaisons liquides, de 7 %, et le transport de conteneurs, de 5 %. La demande de transport liée à l’industrie sidérurgique représente 25 % du transport rhénan total. Elle a considérablement régressé en raison de la pandémie, ce qui explique la forte baisse du transport de cargaisons sèches. Aux Pays-Bas, la diminution a été de 6 % pour le transport de cargaisons sèches et de 3 % pour le transport de cargaisons liquides, alors que le transport de conteneurs a augmenté de 2 %. Le transport de conteneurs a également enregistré des niveaux plus élevés en Belgique, par rapport aux trois premiers trimestres de 2019.
  • En ce qui concerne le transport de passagers, les estimations initiales des pertes ont été confirmées par les développement enregistrés en 2020. Comme prévu au début de l’année 2020, le transport de passagers s’est presque entièrement effondré en 2020. Une réduction de 90 à 95 % du nombre de passagers est observée en ce qui concerne les croisières fluviales.
  • Avec la baisse des cours du pétrole due à la pandémie, les prix des carburants (gasoil/diesel) ont chuté de 32 % entre le premier et le deuxième trimestre 2020. Entre le deuxième et le troisième trimestre, ils ont à nouveau augmenté (de 17 %), parallèlement à la réouverture partielle des économies européennes. Entre le troisième et le quatrième trimestre, les prix des carburants ont baissé de 3 %. En 2021, les prix des carburants dans le secteur de la navigation intérieure devraient augmenter de 5 à 7 %, parallèlement aux cours du pétrole, pour lesquels différentes prévisions laissent entrevoir une progression limitée.
  • Les autres coûts à prévoir pour la navigation intérieure devraient augmenter dans une mesure limitée en 2021, la seule exception étant les coûts d’investissement, pour lesquels une réduction des taux d’intérêt et des valeurs d’assurance des bateaux devrait conduire à une baisse.
  • Un chapitre du rapport accorde une attention particulière à la France, où les sables, pierres et matériaux de construction représentent le plus grand segment de cargaison. Les prestations de transport suivent une tendance positive. Le segment a été touché par la crise due à la Covid-19 en mars et avril 2020, mais les prestations de transport se sont rétablies au cours des mois de mai et juin pour revenir aux niveaux atteints avant la crise. Les produits agricoles constituent, par ordre d’importance, le deuxième segment de marchandises en France, et la demande correspondante en matière de transport est étroitement liée aux résultats des récoltes. Par rapport à la bonne saison enregistrée en 2019, les résultats des récoltes se sont révélés assez faibles en 2020, ce qui aura des répercussions sur le transport de céréales en 2021.