• La prestation de transport sur les voies navigables intérieures de l’UE a diminué de 4,3% au cours du premier semestre 2021, par rapport à la même période un an plus tôt. La reprise a été principalement portée par le secteur des cargaisons sèches.
• Le transport de passagers n’a commencé à se redresser qu’au second semestre 2021. Cela étant, le nombre de passagers et, par conséquent, l’utilisation de la capacité des bateaux de croisière sont restés plutôt faibles.

 

PRESTATION DE TRANSPORT DE MARCHANDISES EN EUROPE

    PRESTATION DE TRANSPORT DE LA NAVIGATION INTÉRIEURE SUR LE TERRITOIRE NATIONAL DE CHAQUE PAYS EN EUROPE – COMPARAISON ENTRE LES 1ER ET 2E TRIMESTRES 2020 ET LES 1ER ET 2E TRIMESTRES 2021 (EN MILLIONS DE TKM)*


    Sources : Eurostat [iww_go_qnave], OCDE (République de Moldavie, Suisse, Ukraine)
    * Les données n’étaient pas disponibles pour le Royaume-Uni.

     

    FIGURE 1: PRESTATION DE TRANSPORT DE LA NAVIGATION INTÉRIEURE EN EUROPE, PAR RÉGION ET PAR TRIMESTRE (EN MILLIONS DE TKM)

    Chart by Visualizer

    Sources : Eurostat [iww_go_qnave], OCDE (Ukraine), Destatis (Rhin et affluents)
    * Danube = en TKM dans l’ensemble des pays danubiens, y compris en Ukraine

     

  • Les prestations de transport illustrées à la figure 1 présentent, à partir du troisième trimestre 2020, une tendance régulière à la reprise pour le transport fluvial de marchandises en Europe. Cette tendance à la hausse connaît un fléchissement au troisième trimestre 2021, qui peut être attribué aux inondations dans la région du Rhin. Cette période de crues a été suivie d’une période de basses eaux au quatrième trimestre 2021.
  •  

NAVIGATION SUR LE RHIN ET LE DANUBE PAR SEGMENT DE CARGAISON

    FIGURES 2 ET 3 : VOLUMES DES PRINCIPAUX SEGMENTS DE CARGAISON TRANSPORTÉS VERS L’AMONT ET VERS L’AVAL SUR LE RHIN (EN MILLIONS DE TONNES, T1-T3 2020 ET 2021)

    Chart by Visualizer

    Chart by Visualizer

    Source  : analyse de la CCNR basée sur des données de Destatis
     

  • Le transport de marchandises sur le Rhin traditionnel s’élevait à 126,4 millions de tonnes au cours des neuf premiers mois de 2021, contre 118,1 millions de tonnes au même trimestre l’année précédente, ce qui correspond à une augmentation de 7,0%. Le transport de cargaisons sèches et de conteneurs a enregistré des volumes plus élevés (+10,4% et +3,7%, respectivement), tandis que le transport de cargaisons liquides est resté plutôt stable. Le transport de charbon a bénéficié des prix élevés du gaz tout au long de l’année 2021. Dans l’ensemble, la demande de capacité de transport en cale sèche a été plutôt forte au second semestre 2021.
  • En ce qui concerne l’écluse d’Iffezheim située sur le Rhin supérieur, les données étaient déjà disponibles pour l’ensemble de l’année 2021. Elles indiquent également une reprise au cours des neuf premiers mois (de 6,0%), suivie d’une « fonte » due à des périodes de basses eaux au quatrième trimestre 2021. Les volumes de marchandises enregistrés à cette écluse, qui sont restés stables pendant toute l’année 2021, constituent un élément d’appréciation susceptible d’être étendu à l’ensemble du Rhin traditionnel pour 2021.
  •  

    FIGURES 4 ET 5 : VOLUMES DES PRINCIPAUX SEGMENTS DE CARGAISON TRANSPORTÉS VERS L’AMONT ET VERS L’AVAL SUR LE DANUBE MOYEN (EN MILLIONS DE TONNES, T1-T3 2020 ET 2021)*

    Chart by Visualizer

    Chart by Visualizer

    Source : rapport d’observation du marché de la Commission du Danube
    * Les données détaillées par segment de marchandises et par trimestre ne sont disponibles que pour le Danube moyen à Mohács.

     

  • Sur le Danube, le transport de minerai de fer a également bénéficié de la hausse de la production d’acier. L’augmentation enregistrée au cours des trois premiers trimestres 2021, par rapport à la même période en 2020, correspond à 6,8%. Cela étant, si l’on examine les chiffres mensuels relatifs au minerai de fer, on constate que ce type de marchandise a perdu environ 18 à 20% de son volume de transport en août et septembre 2021, en raison de la diminution du tirant d’eau disponible pour les convois poussés.
  • Le segment céréalier suit une demande de transport plutôt volatile sur le Danube en général. Alors que le transport de céréales avait été stimulé par de bonnes récoltes en 2020, il a diminué en 2021. Il y a deux raisons majeures à cela. La principale raison réside dans l’évolution du marché européen des exportations céréalières. L’autre raison, secondaire, correspond au début de la période d’étiage susmentionnée.
  •  
     

TRANSPORT DE PASSAGERS EN EUROPE

  • Le Danube, ainsi que le Rhin et ses affluents, la Moselle, le Main, le Neckar et la Sarre, constituent des zones d’exploitation importantes pour les croisières fluviales en Europe, en plus de la Seine, du Rhône et du Douro. Le Danube représentait, à lui seul, environ 40% du marché européen en 2019 en ce qui concerne le nombre de croisiéristes (sans compter les voies navigables de Russie et d’Ukraine). Avec le Rhin, la Moselle, le Main, le Neckar et la Sarre, cette part atteignait environ 80-85%.1
  • L’un des points de mesure statistique pour les bateaux de croisière sur le Rhin est l’écluse d’Iffezheim sur le Rhin supérieur.
  •  

    FIGURE 6 : NOMBRE DE BATEAUX DE CROISIÈRE FLUVIALE FRANCHISSANT L’ÉCLUSE D’IFFEZHEIM SUR LE RHIN SUPÉRIEUR PAR SEMESTRE

    Chart by Visualizer

    Source : administration allemande des voies navigables et de la navigation
     

    FIGURE 7 : NOMBRE DE BATEAUX DE CROISIÈRE FLUVIALE FRANCHISSANT L’ÉCLUSE D’IFFEZHEIM SUR LE RHIN SUPÉRIEUR PAR MOIS

    Chart by Visualizer

    Source : administration allemande des voies navigables et de la navigation
     

  • En analysant les chiffres mensuels et semestriels pour 2020 et 2021, on constate que la reprise alors en cours dans le secteur des croisières était entièrement concentrée sur la période comprise entre juillet et octobre. Aucune activité n’a pu être déployée pendant la saison cruciale du printemps en 2020 et 2021.
  • Pour le Danube, les données disponibles sont celles recueillies à l’écluse de Jochenstein près de Passau et à l’écluse de Gabčikovo près de Bratislava. Cette dernière est située à la frontière entre la Slovaquie et la Hongrie. Elle se trouve également entre Vienne et Budapest. Les bateaux de croisière qui la franchissent reflètent donc l’activité de croisière entre deux destinations importantes du secteur européen des croisières fluviales. En plus de Vienne et Budapest, Passau constitue également une étape importante où les bateaux de croisière commencent et terminent leur voyage.
  •  

    FIGURE 8 : NOMBRE DE BATEAUX DE CROISIÈRE FLUVIALE FRANCHISSANT L’ÉCLUSE DE JOCHENSTEIN SUR LE RHIN SUPÉRIEUR PAR MOIS

    Chart by Visualizer

    Source : administration allemande des voies navigables et de la navigation
     

  • En 2019, ce sont 3 668 bateaux de croisière qui ont franchi l’écluse de Jochenstein, comptant un total de 512 458 passagers à leur bord. En 2020, les chiffres sont tombés à 324 passages de bateaux et à 25 160 passagers, respectivement.
  • Une reprise a été observée en 2021, avec 1 255 bateaux de croisière et 107 727 passagers.
  • Les données relevées à l’écluse de Gabčikovo montrent une reprise du nombre de passagers aux trois premiers trimestres de 2021 par rapport à 2020, atteignant 77,4%. Pourtant, l’activité enregistrée en 2021 se situe toujours à 63,9% en dessous des niveaux pré-pandémiques. Au total, 98 000 passagers ont été recensés à bord des bateaux de croisière qui ont franchi ce point frontalier en 2021 (T1+T2+T3), contre 55 000 en 2020 (T1+T2+T3) et 568 000 en 2019 (T1+T2+T3). Sur l’ensemble de l’année 2019 ont été recensés 720 800 passagers à Gabčikovo.
  •  
     

VOLUME TRANSPORTÉ DANS LES PRINCIPAUX PAYS EUROPÉENS CONCERNÉS PAR LA NAVIGATION INTÉRIEURE

    FIGURE 9 : VOLUMES TRANSPORTÉS PAR VOIE DE NAVIGATION INTÉRIEURE DANS LES PRINCIPAUX PAYS EUROPÉENS CONCERNÉS PAR LA NAVIGATION FLUVIALE (EN MILLIONS DE TONNES, DONNÉES TRIMESTRIELLES INDIQUANT LE VOLUME TRANSPORTÉ SUR LE TERRITOIRE NATIONAL DE CHAQUE PAYS)

    Chart by Visualizer

    Source: Eurostat [iww_go_qnave]
    En raison d’un manque de plausibilité des données communiquées par Stat.Bel à partir du premier trimestre 2018, les données relatives à la Belgique à partir dudit trimestre ont été recalculées. C’est donc le taux de variation présenté par les données les plus plausibles de l’administration flamande des voies navigables (De Vlaamse Waterweg) qui a été appliqué. La courbe relative à la Belgique suit ainsi la tendance relevée pour la Flandre, en se plaçant toutefois à un niveau plus élevé. Par rapport aux éditions précédentes, il a été décidé d’ajouter la Serbie compte tenu des volumes élevés de transport fluvial enregistrés récemment dans ce pays.

 
 

TRANSPORT DE VRAC SEC, DE VRAC LIQUIDE ET DE CONTENEURS DANS LES PRINCIPAUX PAYS ET RÉGIONS CONCERNÉS PAR LA NAVIGATION FLUVIALE

    FIGURE 10 : TRANSPORT DE CARGAISONS SÈCHES (EN MILLIONS DE TONNES)

    Chart by Visualizer

    Chart by Visualizer

     

    FIGURE 11 : TRANSPORT DE CARGAISONS LIQUIDES (EN MILLIONS DE TONNES)

    Chart by Visualizer

    Chart by Visualizer

     

    FIGURE 12 : TRANSPORT DE CONTENEURS (EN MILLIONS DE TONNES)

    Chart by Visualizer

    Chart by Visualizer

    Sources : Eurostat [IWW_GO_QCNAVE], Destatis. Centraal Bureau voor de Statistiek, Destatis, De Vlaamse Waterweg, SPW Service Public de Wallonie, Voies Navigables de France, Institut roumain des statistiques
    Nota : pour la Belgique-Wallonie, aucune statistique infra-annuelle n’est disponible concernant les conteneurs. Il est considéré que le segment de produits « machines/autres marchandises » comprend principalement le transport de conteneurs. Les données recouvrent l’ensemble de la navigation intérieure sur le territoire du pays/de la région.