• L’Allemagne (913), les Pays-Bas (510), la France (365), l’Italie (352) et la Suisse (255) comptent le plus grand nombre de bateaux d’excursions journalières en Europe.

• Les bateaux d’excursions journalières sont un segment important pour l’introduction de technologies dites « propres ». Ainsi, un bateau d’excursions journalières d’une longueur de 38 m et équipé d’un système de propulsion 100 % électrique a été mis en service en 2018 à Paris, sur la Seine.

• De manière générale, le nombre des bateaux d’excursions journalières exploités dans les pays rhénans est relativement stable. Dans les grandes villes, la flotte tend toutefois à se développer.

 

 

INTRODUCTION

 

  • Le transport de passagers sur les voies d’eau intérieures comporte trois principaux segments d’activité : les croisières fluviales, les excursions journalières sur les rivières/canaux (y compris le transport par ferry) et les excursions journalières sur les lacs. Selon Eurostat [sbs_na_1a_se_r2], les cinq pays d’Europe qui réalisent le chiffre d’affaires le plus élevé dans le transport de passagers sont les suivants (part du chiffre d’affaires en Europe en %) : Suisse (23,3 %), Allemagne (20,3 %), Italie (15,5 %), France (13,9 %) et Pays-Bas (8,4 %). Selon les définitions d’Eurostat, le chiffre d’affaires de la navigation à passagers sur les voies d’eau intérieures comprend le chiffre d’affaires généré par les bateaux de croisières fluviales, les bateaux d’excursions journalières sur les rivières/canaux et les ferries et les bateaux d’excursion sur les lacs. Les données concernant la ventilation des différents chiffres d’affaires ne sont pas disponibles.
  • Il n’existe pas actuellement de données d’Eurostat sur le nombre de bateaux à passagers ou sur le nombre de passagers sur les voies d’eau intérieures (En 2019, des études pilotes ont été lancées par Eurostat afin de développer des bases de données à l’avenir). Par conséquent a été réalisée une analyse statistique des bases de données nationales des pays européens, qui a révélé que la Suisse, l’Allemagne, l’Italie, la France et les Pays-Bas ont non seulement le chiffre d’affaires le plus élevé de tous les pays européens, mais aussi le plus grand nombre de bateaux d’excursions journalières (sur les rivières, canaux et lacs, y compris les ferries).
  • Pour l’Allemagne, l’Italie, les Pays-Bas, la France et la Suisse, des bases de données distinctes sont disponibles pour les bateaux effectuant des excursions journalières. Pour les autres pays d’Europe centrale et orientale, seul le nombre total de bateaux à passagers est indiqué par les services ou administrations statistiques. Il est néanmoins possible de déterminer aussi le nombre de bateaux d’excursions journalières dans ces pays, de manière indirecte, en se basant sur le nombre de bateaux de croisières fluviales de chaque pays européen (voir le chapitre consacré aux croisières fluviales).
  • En procédant à ce calcul indirect, les informations sur le nombre de bateaux d’excursions journalières en Pologne, en République tchèque, en Slovaquie, en Hongrie et en Roumanie sont les suivantes : sur 117 bateaux à passagers en Pologne, 116 sont des bateaux d’excursions journalières. Le nombre de passagers était de 1,26 million en 2017, contre 1,28 million en 2016 et 1,1 million en 2015.
  • La République tchèque comptait 88 bateaux à passagers en 2017, contre 85 en 2016 et 78 en 2015. Sur les 88 bateaux à passagers inscrits au registre de la République tchèque en 2017, 87 sont des bateaux d’excursions journalières et un est un bateau de croisière. En Slovaquie, pays qui ne possède que peu de lacs, on compte actuellement moins de 20 bateaux à passagers inscrits au registre.
  • Les bateaux à passagers en Hongrie, en Slovaquie et en Roumanie sont tous des bateaux d’excursions journalières, car aucun bateau de croisières fluviales n’est exploité dans ces pays (voir le chapitre consacré aux croisières fluviales). La Hongrie compte un nombre assez élevé de bateaux d’excursions journalières (132 en 2017), exploités sur le Danube et le lac Balaton. Le nombre de passagers effectuant des excursions journalières sur le Danube a diminué ces dernières années, passant de 709 000 passagers en 2005 à 216 000 passagers en 2016, en raison de la hausse du prix des billets. Cependant, le nombre de passagers sur le lac Balaton est resté relativement constant au fil des ans et a atteint 531 000 passagers en 2016 (Source : Informations fournies par l’Office statistique hongrois). En Roumanie, 75 bateaux à passagers ont été enregistrés en 2017 et 2016, et 65 en 2015 (Source : Institut roumain de la statistique).
  • Profils succincts des cinq premiers pays européens en termes de nombre de bateaux d’excursions journalières inscrits au registre :

 

 

  • L’Allemagne compte non seulement de nombreuses rivières, mais aussi de nombreux lacs, en particulier près des Alpes et dans le nord-est du pays, mais le nombre des bateaux inscrits au registre pour une exploitation sur les lacs est moins élevé qu’en Suisse ou en Italie. En revanche, le nombre de bateaux d’excursions journalières exploités sur les rivières ou canaux en Allemagne est le plus élevé d’Europe.

 

 

  • Le pays occupe une position importante dans le segment des bateaux d’excursions journalières, ce dont témoigne le nombre de bateaux d’excursions journalières exploités à Amsterdam. La structure par âge des bateaux d’excursions journalières néerlandais est très similaire à celle des bateaux d’excursions journalières allemands sur les rivières et les canaux.

 

 

  • Les trois segments de la navigation à passagers sont tous présents en France, mais le segment fluvial est le plus important. Les bateaux d’excursions journalières à Paris, par exemple, transportent plus de 7 millions de passagers par an. Paris détient une part de 70 % en termes de passagers transportés à bord des bateaux d’excursions journalières français.

 

 

  • La Suisse compte le plus grand nombre de bateaux d’excursions journalières sur les lacs en Europe. Toutefois, les bateaux d’excursions journalières sur les rivières ne jouent qu’un rôle très limité. Les bateaux d’excursions journalières qui assurent un service régulier sur les lacs sont intégrés dans le système de transport public. Plus de 11 millions de passagers sont transportés chaque année à bord de ces bateaux.

 

 

  • Le point focal le plus important du pays en termes de transport de passagers est le segment des lacs, pour lequel l’Italie compte le deuxième plus grand nombre de bateaux d’excursions journalières. L’analyse de la demande montre que le nombre de passagers est aussi élevé qu’en Suisse pour ce segment. Bien que les bateaux d’excursions journalières sur les rivières ne jouent qu’un rôle mineur, le transport de passagers sur les canaux de Venise n’est pas négligeable pour l’économie italienne (161 bateaux exploités à Venise).

 

BATEAUX D’EXCURSIONS JOURNALIÈRES SUR LES RIVIÈRES ET LES CANAUX

 

 

  • Les deux plus grandes villes allemandes, Berlin et Hambourg, jouent un rôle important dans ce segment, tout comme le Rhin. À Berlin, 127 bateaux d’excursions journalières étaient inscrits au registre en 2017 avec Berlin comme port d’attache et sont exploités sur la Havel et la Spree, ainsi que sur les canaux de Berlin et des environs. Hambourg suit de près, avec 105 bateaux exploités sur l’Alster et l’Elbe. Berlin et Hambourg sont également les deux régions allemandes où le nombre des bateaux d’excursions journalières inscrits au registre a le plus augmenté au cours des dix dernières années : entre 2007 et 2017, le nombre de bateaux d’excursions journalières a augmenté de 25 unités à Hambourg et de 14 unités à Berlin. En termes de capacité (sièges pour passagers), Hambourg a enregistré la plus forte croissance (+26 %) en Allemagne entre 2007 et 2017.
  • La saison a été prolongée dans ce segment de marché, passant d’une programmation « de Pâques à octobre » à des excursions jusque peu avant Noël. Cela a eu un effet positif non seulement sur le chiffre d’affaires, mais aussi pour les personnes travaillant dans ce secteur, qui sont désormais pour la plupart embauchées à titre permanent, contrairement aux contrats de travail saisonniers conclus dans le passé.
  • De manière générale, les bateaux d’excursions journalières sont également un segment important pour l’introduction de nouvelles technologies dites « propres ». Les armateurs privilégient actuellement le remplacement ou la conversion de bateaux d’excursions journalières existants, plutôt que la construction de nouveaux bateaux. Cela pourrait s’expliquer par l’application de nouvelles exigences techniques à l’échelle européenne (de 2008 à 2018) mais aussi par d’importantes incertitudes concernant les systèmes de propulsion alternatifs, à la lumière des réglementations environnementales dans les centres urbains.

 

NOMBRE DE BATEAUX D’EXCURSIONS JOURNALIÈRES SUR LES RIVIÈRES ET CANAUX EN ALLEMAGNE, PAR RÉGIONS

Source : analyse de la CCNR, sur la base des données relatives aux bateaux allemands (ZBBBD)

 

  • Les bateaux exploités sur le Rhin comptent 31 155 sièges passagers. Ici, le Rhin moyen romantique (célèbre pour ses châteaux et ses petites villes) détient 55 % de cette capacité, le Rhin inférieur (avec de grandes villes comme Cologne ou Düsseldorf) 40 % et le Rhin supérieur 5 %.
  • La comparaison de ces chiffres avec le graphique ci-dessus concernant le nombre de bateaux, permet de constater que le nombre moyen des sièges passagers à bord des bateaux d’excursions journalières varie d’une région à l’autre. Les bateaux exploités sur le Rhin ont une capacité moyenne assez élevée, de 266 sièges, similaire à celle des bateaux de la Moselle et de la Sarre (279). Les bateaux exploités sur le Danube sont les plus grands, avec une moyenne de 347 sièges passagers en 2017.
  • À Berlin (168) et à Hambourg (187), les bateaux d’excursions journalières sont nettement plus petits en raison du gabarit réduit des voies navigables et des écluses et de la faible hauteur des passes navigables des ponts dans les villes (tel est le cas par exemple pour les ponts de la Speicherstadt à Hambourg, construits en 1888).

 

RÉGIONS ALLEMANDES OÙ LES BATEAUX D’EXCURSIONS JOURNALIÈRES PRÉSENTENT DES CAPACITÉS (SIÈGES PASSAGERS) PLUS ÉLEVÉES EN 2017 PAR RAPPORT À 2007, Y COMPRIS LE TAUX DE CROISSANCE (EN %)

Source : calcul de la CCNR à partir de la base de données des bateaux allemands (ZBBBD)

 

 

 

  • Aux Pays-Bas, les bateaux d’excursions journalières font partie intégrante du tourisme, en particulier à Amsterdam avec ses petits canaux (Grachten), inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 2010. Selon la ville d’Amsterdam (https://amsterdam.org/nl/feiten-en-cijfers.php), il existe 165 de ces canaux dans la ville, avec une longueur totale de 75 km. Le plus ancien de ces « Gracht » date de 1385. Le réseau compte 14 écluses et 1 282 ponts et, selon les informations de la ville, le nombre de « rondvaartboten » (bateaux d’excursions journalières) s’élève à 110 unités.
  • Selon la base de données des bateaux de l’IVR, davantage de bateaux d’excursions journalières sont exploités à Amsterdam : 143 bateaux d’excursions journalières (Les catégories de bateaux suivantes de la base de données IVR ont été prises en compte : bateaux d’excursions journalières, bateaux à passagers de type Amsterdam, ferries à passagers, bateaux à passagers < 45 m) enregistrés dans la base de données de l’IVR ont Amsterdam comme port d’attache ou appartiennent à des sociétés ayant leur siège à Amsterdam. Ces 143 bateaux représentent 28 % du nombre total de bateaux d’excursions journalières dans le pays.
  • La comparaison avec la structure par âge des bateaux d’excursions journalières allemands (sur les rivières/canaux) révèle une similitude globale (voir le graphique ci-après). Les données concernant les années de construction (source : IVR) révèlent que très peu des bateaux d’excursions journalières néerlandais ont été construits après 2009, ce qui s’explique par le fait que les armateurs privilégient actuellement le remplacement ou la conversion des bateaux existants plutôt que les nouvelles constructions.

 

STRUCTURE PAR ÂGE DES BATEAUX D’EXCURSIONS JOURNALIÈRES SUR LES FLEUVES OU CANAUX AUX PAYS-BAS ET EN ALLEMAGNE (EN %)

Source : analyse de la CCNR utilisant la base de données IVR (NL) et les données de ZBBBD (DE)

 

  • En ce qui concerne la demande, il n’existe pas de données officielles sur les passagers transportés dans l’ensemble du pays, mais des données fournies par la ville d’Amsterdam sont disponibles.

 

NOMBRE DE PASSAGERS À BORD DES BATEAUX D’EXCURSIONS JOURNALIÈRES À AMSTERDAM (EN MILLIONS DE PERSONNES)

Source : ville d’Amsterdam (Kerncijfers Amsterdam)

 

  • Une tendance à la hausse est observée depuis 2010. Le pic de l’année 2016 est en corrélation avec une forte baisse dans une autre grande ville européenne, la ville de Paris. En effet, le transport de passagers à Paris et en Ile-de-France a fortement diminué en 2016, principalement en raison des attentats terroristes. Les résultats combinés des deux villes montrent que les situations de crise ont un impact sur le comportement des touristes, qui ont tendance à passer d’une destination à une autre.

 

 

  • La capacité moyenne par bateau diffère considérablement entre Paris (233 sièges passagers) et toutes les autres régions de France (78). Au niveau national, où la valeur moyenne globale s’élève à 130, les fortes disparités concernant les dimensions des bateaux et les concepts touristiques n’apparaissent pas.

 

NOMBRE DE BATEAUX D’EXCURSIONS JOURNALIÈRES SUR LES RIVIÈRES ET CANAUX EN FRANCE, PAR RÉGIONS

Source : Voies Navigables de France (VNF)

 

  • La part de Paris et de la région Ile-de-France est de 34 % en nombre de bateaux, de 61 % en capacité (sièges passagers) et de 70 % en nombre de passagers transportés. Cela confirme non seulement les dimensions plus grandes, mais aussi le degré d’utilisation plus élevé des bateaux d’excursions journalières à Paris. Plus de la moitié des passagers à Paris (61 %) étaient des touristes étrangers en 2017, contre seulement 54 % en 2014.
  • Le graphique ci-après relatif à la demande de passagers à Paris révèle la forte baisse du nombre de passagers à la suite des attentats terroristes de Paris en 2015 et 2016, déjà évoquée ci-avant. Après ces années de crise, les passagers semblent aujourd’hui de retour. Tel est aussi le cas en ce qui concerne les bateaux de croisières fluviales à Paris (voir le chapitre consacré aux croisières fluviales).

 

NOMBRE DE PASSAGERS À BORD DE BATEAUX D’EXCURSIONS JOURNALIÈRES À PARIS ET EN ILE-DE-FRANCE (EN MILLIONS DE PERSONNES)

Source : Voies Navigables de France (VNF)

 

  • Pour Paris, il convient de mentionner aussi quelques nouveaux développements concernant la flotte : des trimarans à propulsion électrique sont en cours de développement, lesquels seront équipés d’audioguides (au lieu de haut-parleurs) en 14 langues, dont les langues de trois pays BRIC (hindi, russe, chinois).
  • L’innovation ne connaît pas de limites. Un nouveau bateau d’une longueur de 38 mètres et équipé d’une propulsion 100 % électrique (pas de bruit, pas de vibrations) a été mis en service à Paris en 2018 sur la Seine, lequel accueille un restaurant étoilé Michelin. Les prix sont compris entre 100 euros pour un menu de midi à trois plats et 500 euros pour un dîner à cinq plats et vins inclus (Voir l’article dans Le Parisien (30 août 2018) : Alain Ducasse lance son navire ecolo et gastronomique sur la Seine). La part croissante des touristes étrangers plutôt aisés des pays BRIC sur les bateaux à Paris soutient l’initiative commerciale de cette entreprise.
  • Dans l’ensemble des autres régions françaises, les bateaux ont accueilli 3,2 millions de touristes en 2017. Parmi ceux-ci figurent notamment les 0,77 million de passagers à bord des bateaux d’excursions journalières de Strasbourg (Source : Batorama). La flotte à Strasbourg compte 10 bateaux en 2019, chacun d’une capacité de 90 à 100 sièges. La société Batorama prévoit d’acquérir d’autres petits bateaux, les « taxis fluviaux », pour des voyages de découverte de luxe en petits groupes. Parmi les autres projets initiés par l’entreprise figure depuis 2014 un tour de ville qui comprend une visite du Parlement européen.

 

NOMBRE DE PASSAGERS À BORD DES BATEAUX D’EXCURSIONS JOURNALIÈRES DANS L’ENSEMBLE DES AUTRES RÉGIONS DE FRANCE (EN MILLIONS DE PERSONNES)

Source : Voies Navigables de France (VNF)

 

BATEAUX D’EXCURSIONS JOURNALIÈRES SUR LES LACS

 

 

  • En Suisse, 150 bateaux d’excursions journalières (dont 142 sont exploités sur les lacs) appartiennent à la catégorie des transports publics. Cela signifie que ces bateaux sont librement accessibles au public, qu’ils proposent un service régulier et qu’ils doivent détenir une licence fédérale à cet effet (Source : Informations fournies par l’Office fédéral de la statistique de la Suisse. La plupart des bateaux d’excursions journalières de la Suisse sont exploités sur les lacs. Huit bateaux sont exploités sur le secteur suisse du Rhin et deux sont exploités sur le Rhône). Les entreprises qui en sont propriétaires et les exploitent peuvent être publiques ou privées. En raison des services réguliers (horaires réguliers pour le service de transport), on peut supposer à bord de ces bateaux un certain chevauchement entre le transport touristique et le transport public de passagers. Leur nombre est relativement stable depuis l’an 2000 (Source : Office fédéral de la statistique de la Suisse).
  • La deuxième catégorie de bateaux d’excursions journalières en Suisse est composée de bateaux qui assurent non pas un service régulier, mais qui proposent des excursions journalières à vocation purement touristique. Selon l’Office fédéral de la statistique, 105 de ces bateaux sont actuellement exploités sur les lacs suisses. Ces deux catégories de bateaux de transport public et privé constituent la totalité de la flotte de bateaux d’excursions journalières sur les lacs en Suisse (247 bateaux au total). La zone d’exploitation des 142 bateaux assurant un service régulier (transport public) est présentée dans le graphique ci-après.

 

NOMBRE DE BATEAUX ASSURANT UN SERVICE RÉGULIER SUR LES LACS EN SUISSE (2018)

Source : Office fédéral des transports et Office fédéral de la statistique de la Suisse

 

  • Les 142 bateaux qui assurent un service régulier comportent 16 bateaux à vapeur, dont huit sont exploités sur le lac Léman, cinq sur le lac des Quatre-Cantons et les cinq autres sur les lacs de Zürich, de Neuchâtel, de Thoune et de Brienz. Trois des huit bateaux à vapeur exploités sur le lac Léman sont désormais équipés de systèmes de propulsion diesel-électriques entraînant des roues à aubes.
  • En ce qui concerne le nombre de passagers, l’Office fédéral de la statistique fournit des données sur le nombre de passagers transportés par les 142 bateaux qui suivent un service régulier, mais non pour les autres bateaux. L’Office indique que le nombre de passagers transportés par la première catégorie de bateaux est nettement plus élevé que celui transporté par la deuxième catégorie de bateaux.
  • Le nombre de passagers pour la Suisse peut être comparé au nombre de passagers transportés à bord de bateaux exploités sur des lacs en Italie (également des bateaux assurant un service régulier), traité dans la prochaine partie du présent rapport. Les résultats font apparaître que le nombre de passagers est très similaire dans les deux pays, bien qu’une baisse ait pu être observée en Italie en 2012, probablement due à la crise économique.

 

NOMBRE DE PASSAGERS TRANSPORTÉS PAR DES BATEAUX SUR LES LACS (SERVICES RÉGULIERS) EN SUISSE (EN MILLIONS DE PERSONNES)

Source : Office fédéral de la statistique de la Suisse

 

 

  • Selon le ministère italien des transports, en 2016, 138 bateaux étaient exploités sur les lacs italiens en trafic régulier, soit l’équivalent du service régulier en Suisse. Il n’existe pas de données récentes concernant les bateaux qui ne sont pas exploités en service régulier, mais les derniers chiffres disponibles font état d’environ 53 bateaux exploités sur les lacs (Données pour 2009, source : ministère italien des transports).
  • Le lac Majeur, Lac de Côme et Lac de Garde représentent au total 71 % de l’ensemble des bateaux italiens exploités en service régulier sur les lacs. Le nombre de bateaux est resté relativement stable ces dernières années.

 

NOMBRE DE BATEAUX ASSURANT UN SERVICE RÉGULIER SUR LES LACS EN ITALIE, PAR RÉGIONS (2016)

Source : ministère du transport de l’Italie (Conto Nazionale delle Infrastrutture et Trasporto)

 

  • Le nombre total de passagers des bateaux exploités en service régulier (11,4 millions de passagers) est réparti de manière cohérente selon les capacités disponibles sur les lacs.

 

NOMBRE DE PASSAGERS TRANSPORTÉS À BORD DES BATEAUX EXPLOITÉS EN SERVICE RÉGULIER SUR LES LACS EN ITALIE, PAR RÉGIONS (EN MILLIONS DE PERSONNES)

Source : ministère du transport de l’Italie (Conto Nazionale delle Infrastrutture et Trasporto)

 

  • Comme indiqué précédemment, la demande concernant les bateaux exploités sur les lacs italiens a considérablement baissé en 2012, mais elle s’est redressée par la suite. Cela peut s’expliquer par la crise économique de 2011 et 2012, qui a eu un impact plus important sur l’économie italienne que sur l’économie suisse.

 

NOMBRE DE PASSAGERS TRANSPORTÉS À BORD DES BATEAUX EXPLOITÉS EN SERVICE RÉGULIER SUR LES LACS EN ITALIE, PAR RÉGIONS (EN MILLIONS DE PERSONNES)

Source : ministère du transport de l’Italie (Conto Nazionale delle Infrastrutture et Trasporto)

 

 

  • Les régions les plus importantes pour les bateaux d’excursions journalières sur les lacs en Allemagne sont celles du sud, avec les lacs bavarois (Chiemsee, Starnberger See, Ammersee, Königsee, etc.) et le Lac de Constance, qui est un lac international que se partagent l’Allemagne, la Suisse et l’Autriche. En 2017, les lacs en Bavière comptaient 54 bateaux d’une capacité totale de près de 14 000 sièges passagers. Ils représentent 45 % de la capacité totale (sièges passagers) en Allemagne. La capacité moyenne des bateaux exploités sur les lacs en Bavière est de 259 sièges.
  • Les bateaux exploités sur le Lac de Constance et d’autres lacs du sud-ouest du Bade-Wurtemberg sont encore plus grands, avec une capacité moyenne de 343 sièges passagers. Dans le nord-est de l’Allemagne (région des lacs du Brandebourg et du Mecklembourg), les bateaux exploités sur les lacs sont nettement plus petits, avec une capacité moyenne de seulement 57 sièges passagers.

 

NOMBRE DE BATEAUX EXPLOITÉS SUR LES LACS EN ALLEMAGNE, PAR RÉGIONS (2017)

Source : analyse de la CCNR utilisant la base de données allemande des bateaux

 

  • En Bavière, certaines compagnies sont dans l’obligation d’assurer un service régulier de ferry vers des iles situées sur certains lacs. Tel est également le cas pour les lacs, rivières et zones côtières d’autres Länder allemands (p. ex. Hambourg, Mecklembourg, Berlin). En dehors de ces services, la navigation pour le transport de passagers n’est pas considérée comme faisant partie des services de transport public.

 

 

ENQUÊTE AUPRÈS DES ENTREPRISES ACTIVES DANS LE SEGMENT DES EXCURSIONS JOURNALIÈRES

 

Introduction

 

  • Un questionnaire a été élaboré et envoyé à 201 entreprises de navigation proposant des excursions journalières (Questionnaire disponible sur demande). Le questionnaire complété a été renvoyé par 55 entreprises (taux de réponse = 27,4 %). Le questionnaire contenait plusieurs questions sur les tendances économiques dans le secteur des excursions journalières, les plans d’investissement, les activités d’écologisation, les facteurs d’influence sur la demande, à court et à long termes, etc.
  • Parmi les 201 entreprises contactées, 46 % étaient des entreprises établies en Allemagne, lesquelles ont représenté 54 % de l’ensemble des entreprises ayant renvoyé le questionnaire complété. Les entreprises néerlandaises et françaises représentaient respectivement 17,5 % de l’ensemble des entreprises contactées et la part de ces deux pays était également identique par rapport au nombre total de questionnaires complétés (respectivement 14,5 %). La part de deux autres pays rhénans (la Belgique et la Suisse) sur le total des questionnaires complétés était respectivement de 7,3 %. Si les pays rhénans ont représenté environ 98 % de la totalité des questionnaires reçus (complétés), le questionnaire a également été envoyé à des entreprises établies dans des pays danubiens et d’Europe centrale et orientale. Au total, les pays non-rhénans ont représenté 12,4 % de l’ensemble des entreprises contactées.
  • Les principaux résultats de l’enquête sont présentés dans les graphiques ci-après. Il est envisagé de réaliser des enquêtes similaires pour les futurs rapports d’observation du marché, couvrant d’autres segments du marché, par exemple le secteur des cargaisons liquides ou des cargaisons sèches.

 

Principaux résultats de l’enquête

 

  • Il semble que les deux principaux facteurs ayant une incidence à court et moyen terme sur la demande émanant des passagers soient les activités de publicité et de marketing de l’entreprise, suivies de près par les conditions météorologiques. Le nombre de visiteurs dans une ville ou une région est moins important que ces deux facteurs principaux. Cela pourrait s’expliquer par le fait que, dans certaines régions, la demande émanant des passagers provient principalement de la population vivant dans la région concernée.

 

IMPORTANCE DES FACTEURS D’INFLUENCE SUR LA DEMANDE ÉMANANT DE PASSAGERS, À COURT ET MOYEN TERME – RÉSULTATS CONDENSÉS DE L’ENQUÊTE (QUESTION 2)*

Source : enquête de la CCNR
* Les données du graphique reflètent le nombre d’entreprises ayant répondu à la question en observant les indications fournies

 

  • Les activités de marketing menées par d’autres organisations ont été définies dans le questionnaire comme étant des activités menées par la ville, la région, l’État ou par des associations touristiques, professionnelles ou de commerce. Le graphique ci-après montre que ces activités de marketing « externes » gagnent en importance sur le long terme.

 

IMPORTANCE DES FACTEURS D’INFLUENCE SUR LA DEMANDE ÉMANANT DE PASSAGERS, À MOYEN ET LONG TERME – RÉSULTATS CONDENSÉS DE L’ENQUÊTE (QUESTION 3)*

Source : enquête de la CCNR
* Les données du graphique reflètent le nombre d’entreprises ayant répondu à la question en observant les indications fournies.

 

  • À moyen et long terme, la demande des passagers pour les excursions journalières est aussi fortement influencée par les activités de marketing des entreprises. Toutefois, contrairement à la perspective à court terme, les activités de marketing d’autres organisations jouent un rôle beaucoup plus important dans la perspective à long terme et occupent la deuxième place.
  • De nouveaux circuits thématiques et davantage de voyages événementiels sont des facteurs qui semblent avoir la même influence. Le nombre de touristes étrangers dans la ville ou la région est considéré comme important, mais il revêt une importance moindre que les facteurs susmentionnés.
  • Dans une autre question (question 5), on a demandé aux entreprises d’indiquer l’importance de quatre facteurs qui influent sur leur comportement d’investissement. Ces quatre facteurs d’influence concernent différents domaines : le domaine économique (croissance de la demande ; accès au financement externe), le domaine technique (accès au réseau électrique terrestre) et le domaine réglementaire/politique, qui comporte également de nombreux aspects techniques.

 

IMPORTANCE DES FACTEURS D’INFLUENCE SUR LE COMPORTEMENT D’INVESTISSEMENT – RÉSULTATS CONDENSÉS DE L’ENQUÊTE (QUESTION 5)*

Source : enquête de la CCNR
* Les données du graphique reflètent le nombre d’entreprises ayant répondu à la question en observant les indications fournies.

 

  • Le graphique révèle une tendance importante : l’accès au financement externe ou aux subventions est une condition préalable fondamentale pour réaliser des investissements.
  • Cela peut s’expliquer par le fait que de nombreuses entreprises exploitant des bateaux d’excursions journalières (et de nombreuses entreprises de navigation intérieure en général) sont des entreprises relativement petites, qui doivent compter sur un financement externe ou des subventions pour réaliser leurs projets d’investissement. Derrière le facteur financier, la croissance de la demande et l’environnement réglementaire et politique sont également très importants. Par ailleurs, l’accès au réseau électrique à terre est clairement le tout dernier facteur pris en compte par une entreprise avant d’investir.
  • Une autre question (question 6) comportait trois parties relatives au verdissement :

 

a) « Utilisez-vous déjà l’une des technologies de propulsion alternatives suivantes [diesel-électrique ; tout électrique (batteries) ; gaz naturel liquéfié (GNL) ; gaz vers liquide (GTL) ; hydrogène] à bord de vos bateaux ? Si oui, lesquelles ? »

La technologie alternative la plus fréquemment mentionnée par les entreprises était la propulsion diesel-électrique (44 %), suivie par la propulsion entièrement électrique (34 %) et la propulsion gaz-liquide (16 %). La part du GNL et de l’hydrogène dans la propulsion était de 6 % au total.

 

b) « Avez-vous l’intention de convertir votre flotte ou une partie (supplémentaire) de celle-ci à d’autres systèmes de propulsion ? »

Les réponses à cette question ont révélé une relative divergence entre les sociétés allemandes, d’une part (où les projets de conversion étaient souvent indiqués comme « très probables » ou « certains »), et les sociétés françaises, d’autre part, où la réponse possible « très improbable » était celle choisie le plus fréquemment. Les résultats pour les entreprises néerlandaises, belges et suisses ont montré qu’elles se situaient entre les réponses française et allemande.

 

c) « Quelles sont les contraintes les plus importantes qui dissuadent actuellement votre entreprise d’introduire à grande échelle d’autres types de propulsion ? »

Cinq réponses (A1-A5) étaient possibles. Les entreprises ont principalement choisi les réponses suivantes : A2 = rentabilité insuffisante (part de 30 % de l’ensemble des réponses), A4 = cadre réglementaire encore trop incertain (part de 26 % de l’ensemble des réponses) et A1 = financement initial trop coûteux/manque de capitaux d’emprunt (part de 25 % de l’ensemble des réponses).