Préface

COMMISSION CENTRALE POUR LA NAVIGATION DU RHIN

La Commission Centrale pour la Navigation du Rhin (CCNR) a le plaisir de présenter l’édition 2021 de son rapport sur l’observation du marché de la navigation intérieure européenne, dans lequel sont analysées les principales évolutions de la navigation intérieure européenne en 2020. Cette année encore, je tiens à remercier la Commission européenne pour sa précieuse collaboration et son soutien à nos activités relatives à l’observation du marché.

Dans le droit fil de son objectif de permettre à toutes les parties prenantes à la navigation intérieure de prendre des décisions éclairées, le présent rapport couvre un large éventail de sujets, notamment les conditions macroéconomiques, l’évolution des tendances relatives aux segments de marchandises et aux bassins fluviaux, la manutention fluviale dans les ports, les conditions d’exploitation par rapport aux niveaux des eaux et aux taux de fret, la structure et l’évolution de la flotte de bateaux de navigation intérieure, les données sur l’emploi, le nombre d’entreprises et leur niveau de chiffre d’affaires, ainsi que les données sur les croisières fluviales. Hormis une section consacrée aux perspectives macroéconomiques à court et à long terme pour les principaux segments du marché de la navigation intérieure, le rapport de cette année comprend également une annexe statistique, qui constitue un outil précieux pour l’analyse des données.

Le rapport de cette année ne peut, hélas, éviter de mettre l’accent sur l’inquiétante pandémie de Covid, qui sévit toujours. Si les campagnes de vaccination en cours permettent de nourrir quelque espoir pour l’avenir, l’urgence sanitaire provoquée par le coronavirus pèse lourdement sur les indicateurs économiques de 2020 et n’épargne pas la navigation intérieure. En effet, la chute du PIB dans l’UE en 2020 a été plus importante que lors de la crise financière de 2009. En outre, les retards pris dans le lancement de la vaccination et les risques de voir surgir de nouvelles variantes de Covid sont susceptibles de créer des incertitudes supplémentaires dans tous les secteurs de notre économie. Bien qu’un climat d’incertitude entoure encore la voie que suivra la reprise, les prévisions relatives au PIB pour 2021 et 2022 laissent entrevoir une reprise qui pourrait aller de pair avec des taux de croissance de 4,4 % en 2021 et de 4 % en 2022.

Le transport de marchandises et de passagers ont été tous deux touchés par la pandémie, ainsi que par les actions politiques et les mesures sanitaires qui en ont découlé. L’ensemble du secteur du transport fluvial de passagers a subi des dommages particulièrement graves, non seulement en ce qui concerne la demande, mais aussi en ce qui concerne la flotte et l’offre. Mon vœu le plus cher est bien sûr celui d’un redressement rapide et complet de l’ensemble du secteur, avec le soutien actif de tous les acteurs engagés dans le transport fluvial.

Comme par le passé, le présent recueil que vous vous apprêtez à consulter est le fruit d’une collaboration intense avec de nombreux acteurs, tant publics que privés. Comme pour les années précédentes, nous avons pu nous appuyer sur les données statistiques et les informations relatives au marché que nous ont transmises les Commissions du Danube, de la Moselle et de la Save pour leurs bassins fluviaux respectifs. Tout aussi importante a été notre coopération avec Eurostat et les offices statistiques nationaux, les ports, les administrations nationales et régionales des voies navigables ainsi que les organisations professionnelles, notamment l’Union Européenne de la Navigation Fluviale (UENF), l’Organisation Européenne des Bateliers (OEB) et la Coopérative des propriétaires de bateaux-citernes (CITBO). Ce n’est que grâce à cette coopération fructueuse avec toutes les parties prenantes et à leur précieuse contribution et expertise que nous pouvons recueillir, à l’échelle européenne, en temps utile et de manière efficace, toutes les données pertinentes pour notre secteur aux fins de la publication de notre rapport annuel.

Enfin, vous trouverez également à la page suivante un message de mon homologue à la Commission du Danube, M. Manfred Seitz, avec qui nous poursuivons et intensifions notre coopération. La Commission du Danube nous envoie chaque année un rapport détaillé sur l’observation du marché contenant des données et des informations très précieuses sur le transport de marchandises et de passagers sur les différentes sections du Danube. Nous sommes très reconnaissants envers la Commission pour cette contribution annuelle. C’est donc avec grand plaisir que je partage la préface de ce nouveau rapport annuel avec son directeur général.

Dans l’espoir que la pandémie et la pression constante qu’elle exerce sur les économies appartiendront bientôt au passé, et que notre secteur européen du transport fluvial sera bientôt de nouveau florissant, je vous souhaite une bonne lecture du rapport annuel.

 

Bruno Georges
Secrétaire Général de la CCNR

COMMISSION DU DANUBE

C’est un honneur pour moi d’écrire une brève préface pour le rapport 2021 sur l’observation du marché, publié par la Commission centrale pour la navigation du Rhin (CCNR) en tant que projet réalisé conjointement avec la Commission européenne pour le secteur européen de la navigation intérieure.

En ce qui concerne l’observation du marché, la coopération entre la Commission du Danube (CD) et la Commission centrale pour la navigation du Rhin (CCNR) a été systématisée depuis la signature de l’Arrangement administratif en 2015 entre la CD et la Direction générale de la mobilité et des transports de la Commission européenne. Une méthodologie commune a été définie sur la base de cet arrangement par les Secrétariats en 2017, aux fins de la publication de l’observation du marché, et a ensuite continué à évoluer dans le cadre de réunions bilatérales.

Le Secrétariat de la CD transmet quatre rapports par an à la CCNR, donnant un aperçu détaillé de la structure et du développement du marché de la navigation intérieure dans la région du Danube, et contribuant ainsi à l’observation du marché européen dans son ensemble, coordonnée par la CCNR.

La Commission du Danube attache une grande importance à l’observation du marché, qui lui permet de suivre, en temps réel, les activités économiques du secteur de la navigation danubienne par rapport au développement économique global de la région du Danube, d’une part, et le positionnement concurrentiel du secteur par rapport aux autres modes de transport, d’autre part, en accordant une attention particulière à la forte corrélation entre l’état des chenaux et les performances du marché. Nos rapports trimestriels et le rapport de synthèse annuel, publiés sur le site web de la Commission du Danube, sont salués par le secteur de la navigation intérieure et les administrations publiques comme des contributions importantes aux activités commerciales et à l’élaboration des politiques.

Depuis la mi-mars 2020, le marché du transport de marchandises sur le Danube a été fortement impacté par la pandémie de Covid-19, qui a engendré un recul économique dans tous les États danubiens et une baisse de l’offre et de la demande dans les principaux segments du marché danubien des transports. Les pertes les plus importantes ont été enregistrées dans le secteur du transport de passagers, sachant que des volumes de trafic record ont été atteints en 2019, tant sur le Danube supérieur que dans le delta du Danube, avec plus de 190 bateaux de croisière à cabine naviguant sur le Danube.

En 2021 et au-delà, le marché du transport de marchandises pourrait subir les effets des quotas existants pour les importations d’acier dans les pays de l’UE, ainsi que celui de l’introduction attendue aux frontières d’une taxe carbone sur les importations de produits métallurgiques, chimiques, de pétrole et de produits pétroliers dans l’UE.
Comme en 2020, une certaine stabilité pourra être assurée en 2021 en ce qui concerne le transport de marchandises sur le Danube, grâce au transport de céréales, principalement à partir des ports du Danube moyen vers les ports maritimes du Danube, et notamment vers Constanƫa. Les premiers stocks de céréales constitués à partir de la récolte de 2020 dans les pays du Danube, et les volumes satisfaisants récoltés en 2021, devraient permettre de réaliser cet équilibre. Le transport de fourrage et de produits chimiques (engrais), ainsi que de produits pétroliers, devrait rester stable.

Les prévisions pour le secteur du transport de passagers sur le Danube annoncent une éventuelle reprise de son activité principale en 2022. Celle-ci dépendra, avant tout, des restrictions nationales liées à la pandémie. Dans le même temps, avec l’assouplissement des restrictions nationales et locales, les itinéraires distincts, tant sur les lignes de croisière que sur les lignes de transport local, pourraient être repris dans une certaine mesure en 2021.

Compte tenu des défis auxquels est confronté le secteur du transport fluvial et de la nécessité d’atteindre les objectifs du Pacte vert pour l’Europe et de la Stratégie de mobilité durable et intelligente, des informations complètes et précises sur le secteur européen du transport fluvial deviendront encore plus cruciales et constitueront une condition préalable à la réalisation de l’objectif ambitieux consistant à transférer sensiblement plus de marchandises vers les voies navigables intérieures. Par conséquent, je considère que le rapport conjoint sur l’observation du marché est une pierre angulaire de la réussite des mesures politiques futures conformément au plan d’action NAIADES 2021-2027 pour la navigation intérieure.

Le Secrétariat de la Commission du Danube se félicite de la coopération avec la CCNR dans le domaine de l’observation du marché, qui est l’illustration d’une initiative très fructueuse et d’une belle complémentarité, tant pour la qualité de l’analyse du marché que des prévisions en matière de développement, et qui continuera assurément à bénéficier du soutien indéfectible de la Commission du Danube.

 

Manfred Seitz
Directeur général du Secrétariat