• Les conditions de navigation ont été plus ou moins normales au cours des six premiers mois de 2021. En juillet 2021, le Rhin a subi des inondations. En octobre et novembre 2021, le Rhin et le Danube ont tous deux connu des périodes d’étiage.
• Les prix du carburant ont augmenté en raison de la forte hausse des cours du pétrole. Les taux de fret ont également augmenté, mais la tendance a été plus positive pour le transport de marchandises sèches et de conteneurs que pour le transport de vrac liquide.

 

  • En ce qui concerne l’activité portuaire, les données mensuelles relatives à la manutention de marchandises dans les plus grands ports du Rhin supérieur indiquent une petite tendance à la reprise, qui a débuté au second semestre 2020 et s’est poursuivie tout au long de l’année 2021. Cependant, de graves épisodes d’étiage aux mois d’octobre et de novembre 2021 ont en quelque sorte interrompu cette reprise.
  •  

    FIGURE 1 : MANUTENTION DE MARCHANDISES DANS LES PRINCIPAUX PORTS DU RHIN SUPÉRIEUR (EN MILLIONS DE TONNES)

    Chart by Visualizer

    Source : analyse de la CCNR basée sur des données portuaires
     

  • En ce qui concerne l’hydraulicité, le diagramme de dispersion représenté à la figure 2 contient des données relatives au tirant d’eau disponible à Kaub (axe des abscisses) et aux volumes de fret en millions de tonnes enregistrés à l’écluse d’Iffezheim (axe des ordonnées). Les valeurs relatives au tirant d’eau disponible ont été calculées à partir des niveaux d’eau.2
  • Lorsque les tirants d’eau disponibles tombent en dessous d’un certain seuil, les conditions de navigation viennent entraver le transport des marchandises. On peut citer comme exemple les étiages qui ont marqué les mois d’octobre et de novembre 2018, mais aussi la période de basses eaux plus récente survenue à la fin de l’année 2021 (voir partie gauche de la figure 2). En ce qui concerne les valeurs de tirant d’eau supérieures à ce même seuil, le diagramme de dispersion ne met en évidence aucune relation, sauf dans sa partie droite, où les hauts niveaux d’eau ont tendance à faire reculer le transport de marchandises.
  •  

    FIGURE 2 : TIRANT D’EAU DISPONIBLE À KAUB ET TRANSPORT DE MARCHANDISES PASSANT PAR L’ÉCLUSE D’IFFEZHEIM SUR LE RHIN SUPÉRIEUR (DONNÉES MENSUELLES M1/2004-M12/2021)


    Source : calculs de la CCNR basés sur des données de l’Administration fédérale allemande des voies navigables et de la navigation (WSV), fournies par l’Institut fédéral d’hydrologie (BfG)
     

  • Pour le Danube, les données mensuelles disponibles sont celles relevées à l’écluse de Wildungsmauer près de Vienne (janvier 2004 – novembre 2021). Cette écluse est située dans la partie orientale de l’Autriche, où l’on observe la prestation de transport fluvial de marchandises la plus importante du pays. On peut relever une certaine relation entre l’hydraulicité et le transport de marchandises dans le diagramme de dispersion. En effet, lorsque le tirant d’eau disponible est faible, les volumes transportés semblent également réduits.
  •  

    FIGURE 3 : TIRANT D’EAU DISPONIBLE À WILDUNGSMAUER ET TRANSPORT DE MARCHANDISES SUR LE DANUBE EN AUTRICHE (DONNÉES MENSUELLES M1/2004-M11/2021)


    Source : analyse de la CCNR basée sur les données de viadonau et de Statistics Austria
     

  • Pour le Danube, le dernier trimestre de 2021 a été marqué par des niveaux d’eau très bas et des valeurs de tirant d’eau disponible également très basses. Ces facteurs peuvent expliquer les pertes en termes de cargaison enregistrées à la fin de l’année 2021 (voir chapitre 1). Cela confirme les informations données au chapitre 1.
  •  

TAUX DE FRET DANS LA RÉGION DU RHIN3

  • Dans le cadre du commerce ARA-Rhin, les taux de fret du marché au comptant pour le transport de gasoil ont suivi une tendance à la hausse à partir du troisième trimestre 2021 et ont atteint un pic en novembre 2021. Cette évolution était principalement due aux périodes de basses eaux survenues en octobre et novembre 2021.
  •  

    FIGURE 4 : ÉVOLUTION DES TAUX DE FRET POUR LE GASOIL, DE LA RÉGION ARA VERS LES DESTINATIONS RHÉNANES (INDICE 2015 = 100)*

    Chart by Visualizer

    Source : calcul de la CCNR basé sur les données de PJK International
    * PJK enregistre les taux de fret (en euros par tonne) pour le transport de vrac liquide entre la région ARA et le Rhin. La CCNR convertit ces valeurs en un indice en se basant sur l’année 2015. Rhin inférieur : Duisbourg, Cologne. Rhin supérieur : Karlsruhe, Bâle. Main : Francfort/M.

     

  • Le Bureau central néerlandais des statistiques (CBS) recueille des données sur les taux de fret auprès d’un groupe d’entreprises néerlandaises de transport fluvial. Ces données sont examinées deux fois par trimestre et incluent les majorations pour le carburant et les basses eaux.
  •  

    FIGURE 5 : ÉVOLUTION DES TAUX DE FRET PAR TRIMESTRE POUR LES ENTREPRISES DE TRANSPORT FLUVIAL NÉERLANDAISES EN FONCTION DU SEGMENT DE MARCHÉ (INDICE 2015 = 100, DONNÉES TRIMESTRIELLES)

    Chart by Visualizer

    Source : Bureau central néerlandais des statistiques (services de navigation intérieure ; indexation des prix)
     

  • Les prix du transport de vrac sec ont suivi une tendance à la hausse à partir du troisième trimestre 2020. Les taux de fret relatifs au transport de conteneurs ont continué à bénéficier d’un élan positif à partir du deuxième trimestre 2020. En ce qui concerne les cargaisons liquides, les prix du transport sont restés à un niveau bas, affichant une nouvelle baisse au troisième trimestre 2021.
  • La demande de transport de produits liquides a augmenté aux Pays-Bas, mais pas dans les pays voisins. C’est ce qui explique l’évolution des taux de fret applicables aux cargaisons liquides des entreprises de navigation néerlandaises, dont les zones d’exploitation s’étendent également à d’autres pays.

 
 

ÉVOLUTION DES COÛTS DU CARBURANT

  • Les coûts du carburant sont analysés sur la base des prix du gasoil/diesel publiés par le système de surveillance des prix de l’énergie du ministère belge des affaires économiques.4 Une comparaison avec les cours du pétrole révèle une corrélation très étroite sur laquelle reposent les perspectives pour les prix du carburant.
  • Au cours de l’année 2021, les cours du pétrole – et donc aussi les prix du carburant – ont poursuivi leur tendance à la hausse. Au quatrième trimestre 2021, ils s’élevaient à 79,6 dollars américains (environ 69,8 euros, avec un taux de change de 1,17 USD pour 1 euro).
  •  

    FIGURE 6: PRIX MOYEN DU CARBURANT SELON LE MINISTÈRE BELGE DES AFFAIRES ÉCONOMIQUES ET COURS DU PÉTROLE BRUT BRENT, PRÉVISIONS INCLUSES*


    Sources : ITB et SPF Economie (prix du carburant). US Energy Information Administration (cours du pétrole). Données économiques de la Réserve fédérale américaine (taux de change historique dollar américain/euro). 1 baril (bbl) = 159 litres.
    * EIA = Administration américaine de l’information sur l’énergie. Les prévisions tablent sur un taux de change nominal de 1,22 dollar américain pour 1 euro tout au long de 2022 et 2023. Ces prévisions ne tiennent pas compte de l’impact de la guerre en Ukraine.

     

  • Dans ses dernières perspectives à court terme de janvier 2022, l’Agence d’information sur l’énergie des États-Unis (Energy Information Administration, EIA) prévoit que les cours au comptant du pétrole brut Brent se situeront en moyenne à environ 75 dollars américains par baril en 2022, et à environ 67,5 dollars américains par baril en 2023. Ces chiffres reposent sur des hypothèses tenant compte de la pandémie et de la reprise économique, ainsi que sur les accords de l’OPEP visant à contenir le plafonnement de la production jusqu’en septembre 2022.56 Compte tenu du contexte politique, ils ont franchi la barre des 100 dollars américains au début du mois de mars 2022. En cas de prolongation des conflits politiques existant en mars 2022, les cours du pétrole et de l’énergie devraient continuer à monter en flèche.
  • Les prix du carburant applicables au transport fluvial européen subissent l’influence des cours du pétrole et du taux de change entre le dollar américain et l’euro. La très forte progression de la dette publique américaine limitera tout potentiel d’appréciation du dollar américain par rapport à l’euro tout au long de l’année 2022.7 La dépréciation de l’euro par rapport au dollar américain, passant d’un taux de 1,22 en mai 2021 pour arriver à un taux de 1,13 en décembre 2021, a entraîné une augmentation des prix du carburant dans les pays européens concernés par la navigation intérieure.8
  • Sur la base de ce raisonnement, les prix du carburant applicables au transport fluvial devraient atteindre un pic en 2022, puis baisser en 2023.